Décès d’Elisabeth Narbel

Le comité de l’ASV vous fait part de son immense tristesse du décès d’Elisabeth Narbel, à l’âge de 80 ans.

Nous remercions à Otto Bögli pour la rédaction du texte que nous vous laissons à connaitre la biographie de notre Elisabeth.

Biographie d’Elisabeth Narbel
 
Elisabeth Narbel, fidèle membre pendant 58 ans de l’Association des sourds vaudois, (anciennement Etoile sportive des sourds Lausanne) nous a quitté à l’âge de 80 ans, le 5 février 2021.

Son père a été pasteur et elle avait 2 frères. A l’âge de 5 ans, de 1946 à 1959, elle a été scolarisée à l’Institut des sourds de Moudon. Ce qui est frappant aujourd’hui, c’est qu’elle a séjourné pendant 13 ans à l’internat loin de sa famille qu’elle pouvait retrouver seulement pendant les vacances scolaires et certains week-ends, comme c’était la règle à l’Institut pour tous les élèves. La séparation de sa famille a été plutôt bien vécue grâce à la bonne amitié entre ses camarades.
Sa scolarité terminée, Elisabeth a entrepris un apprentissage dans une poterie à Bulles. Puis, elle a exercé son métier dans un atelier de Renens jusqu’à sa fermeture. Ne trouvant pas une place dans une autre poterie, elle a d’abord occupé deux emplois différents qui étaient monotones pour elle, avant de trouver un bon travail qui lui plaisait et était varié dans un atelier produisant des présentoirs d’exposition et autres objets de décorations pour les magasins. Elle a même été envoyée à décorer des stands d’expositions à la luxueuse foire mondiale de l’horlogerie à Bâle. Il faut dire qu’Elisabeth aimait le bricolage et la décoration.
Pendant toute sa vie, Elisabeth a fait partie de la communauté des sourds. Entrée toute jeune en 1962 comme membre de l’Etoile sportive des sourds Lausanne (aujourd’hui Association des sourds vaudois), elle a collaboré et participé activement à ses activités. Pour son engagement désintéressé, un diplôme de membre d’honneur lui a été décerné dans les années 1980. A sa retraite, elle s’est engagée à la Section des aînés de l’Association. De 2005 à 2014, elle a assumé le poste de caissière et a ensuite été la responsable jusqu’en 2016, année où elle s’est retirée pour raison de santé.

Elisabeth s’est aussi attachée à d’autres activités que celle de l’Association. Elle s’est notamment impliquée à enseigner auprès du public au renouveau de la langue des signes après 100 ans d’interdiction.

Son caractère fort ne l’a sans doute pas fatiguée face à ses problèmes de santé, en particulier aux hanches qui a rendu sa mobilité réduite et la contraint à entrer dans un EMS où elle est décédée d’une maladie supportée avec courage.

Rédaction par Otto Bögli | à Lausanne, le février 2021